Le Projet Pédagogique

La co-éducation

« L’école Montessori convient à tous les enfants, mais pourrait ne pas convenir à tous les parents, parce qu’elle exige de leur part une confiance solide dans le désir d’apprendre de l’enfant et l’acceptation de son style particulier d’apprentissage tel qu’il se manifeste à différentes étapes. Une profonde compréhension des effets salutaires d’un environnement riche et équilibré est essentielle, tout comme l’est l’engagement de bâtir des relations basées sur le respect. Il est nécéssaire également d’adapter le milieu familial et de définir des valeurs. Il faut soutenir l’indépendance et avoir suffisamment de confiance pour promouvoir l’autonomie. Lorsque les parents travaillent avec l’école, la classe Montessori offre aux enfants un enseignement et une vie communautaire enrichissants pour le présent et l’avenir, et bien ancrés dans la réalité. » – Donna Goertz, Quand l’école s’adapte aux enfants, 2014

Les parents d’élèves, en inscrivant leurs enfants, s’engagent dans une démarche de co-éducation avec l’école. Se faisant, ils s’engagent à respecter le choix de la pédagogie Montessori et l’ensemble des points présentés dans le présent projet pédagogique. Les éducatrices ainsi que les parents s’engagent à travailler ensemble au service du développement de l’enfant. Ils portent un regard bienveillant sur lui.
L’école propose un cadre sécurisant basé sur des règles de vie en communauté, cadre explicité dans le règlement intérieur. Les parents respectent ce cadre et, au besoin, aident l’enfant à l’accepter.
Maria Montessori concevait sa pédagogie comme une aide à la vie. En ce sens, c’est le développement de l’enfant tout entier qui est visé. Les parents sont les premiers éducateurs de l’enfant, une bonne communication entre les familles et les éducatrices est donc absolument essentielle. Il est également indispensable de se respecter, de se faire confiance et de partager des valeurs éducatives communes.

Plus l’enfant trouve de cohérence entre ce qu’il vit à l’école et ce qu’il vit à la maison et mieux il se développe. L’équipe éducative et les parents sont donc des partenaires. C’est pourquoi l’école met en place un programme de formation des parents et des enseignants afin que chacun puisse se sentir compétent dans l’éducation des enfants. En outre, ces temps sont l’occasion de tisser le lien si important entre la famille et l’école :

  • rencontres collectives et individuelles entre parents et équipe pédagogique
  • conférences par des intervenants extérieurs sur des sujets liés à l’éducation
  • ateliers à la parentalité par des intervenants extérieurs
  • possibilité d’observer de la classe pendant 30 minutes le matin
  • portes ouvertes pour les parents durant lesquels les enfants pourront leur présenter du matériel.

Par le biais de ces différentes propositions, l’école offre aux parents et aux professionnels la possibilité de partager des repères communs pour l’épanouissement des enfants. Des documents annexes seront transmis à la rentrée pour leur mise en place. Les dates seront également communiquées en début d’année, et les parents s’engagent à assister aux trois premières conférences.

En cas de difficulté constatée, il importe que les parents prennent rendez-vous au plus vite avec l’éducatrice afin de lui en faire part et de rechercher avec elle des solutions. Une bonne information mutuelle évite souvent des malentendus.

Une école à la vie

« L’humanité ne peut espérer résoudre ses problèmes, parmi lesquels les plus urgents sont ceux de la paix et de l’unité, qu’en tournant son attention et son énergie vers la découverte de l’enfant et vers le développement des grandes potentialités de la personnalité humaine durant le cours de sa formation.
L’enfant est le citoyen oublié et pourtant, si les hommes d’état et les éducateurs parvenaient enfin à comprendre la puissance formidable pour le bien et pour le mal qui réside dans l’enfant, je crois qu’ils en feraient leur toute première priorité. Tous les problèmes de l’humanité dépendent de l’homme lui-même : si l’homme est ignoré dans sa construction, le problème ne sera jamais résolu.
Il faut cultiver l’homme depuis le début de la vie, lorsque toute la puissance de la nature est à l’œuvre. C’est à ce moment-là que l’on peut espérer préparer une meilleure compréhension entre les nations. » — Maria Montessori

Cette réflexion montre que le rôle de l’école n’est pas seulement de transmettre des connaissances académiques. La pédagogie Montessori a pour objectif de permettre à l’enfant de construire pleinement sa personnalité, dans un environnement sain et équilibré. Il doit pouvoir s’épanouir librement, indépendamment et préparer sa vie d’adulte au sein d’une société dont il fait entièrement parti.

La liberté et l’indépendance

« Un enfant enfermé dans ses limites reste incapable de se valoriser et n’arrivera pas à s’adapter à l’extérieur. » – Maria Montessori

Pour que l’enfant s’épanouisse et devienne un adulte indépendant et libre, il faut privilégier son indépendance et son esprit de création. C’est pourquoi Maria Montessori base sa pédagogie sur le libre choix par l’enfant de ses activités. L’enfant choisit son activité, le lieu où il souhaite la faire ainsi que le temps qu’il veut y passer.
Quel est l’intérêt de ce libre-choix ?
– L’enfant prend énormément de plaisir à répéter son activité, cela lui permet de se construire et d’acquérir la ou les compétences visées par le matériel.
– Le libre-choix permet à l’enfant de se concentrer spontanément sur une activité. De plus, le matériel proposé gagne en complexité donc les plages de concentration s’allongent.
– Le libre-choix permet à l’enfant de construire sa volonté.
– Le libre-choix permet le développement de l’auto-discipline. En effet, libre de choisir une activité qui répond à ses besoins, l’enfant n’a plus d’intérêt à adopter un comportement destructeur.
La liberté de l’enfant est encadrée par des règles simples mais indispensables à son bon développement.
Il choisit effectivement ses activités mais elles sont proposées dans la classe par l’éducateur.
Il ne peut se servir du matériel uniquement s’il lui a été présenté par l’éducateur.
Les échanges verbaux se font discrètement pour ne pas déranger les activités des autres enfants.
Il ne peut utiliser un matériel qui n’est pas rangé à sa place.
L’enfant est donc acteur conscient de son éducation : « un enfant n’est pas un vase que l’on remplit mais une source que l’on laisse jaillir » – Maria Montessori.

Posture de l’enseignant

« N’élevons pas nos enfants pour le monde d’aujourd’hui, le monde aura changé lorsqu’ils seront grands. Aussi doit-on en priorité aider l’enfant à cultiver ses facultés de création et d’adaptation. » – Maria Montessori

Comme expliqué dans le point précédent, à l’intérieur de la classe, l’enfant est libre d’évoluer pour aller chercher les activités qui correspondent à son besoin du moment. Pour autant, cela ne signifie pas qu’il y règne le désordre ou l’anarchie. Il ne s’agit pas que l’enfant fasse tout ce qu’il veut, mais qu’il apprenne à vouloir tout ce qu’il fait.

L’éducatrice (et son assistante) s’assure que l’environnement préparé est propice au travail. Elle fait respecter les règles de la classe pour assurer une atmosphère de calme et de sérénité qui seule permet le développement du travail spontané de l’enfant.

Elle encourage et aide les enfants qui ont encore de la difficulté à choisir et à se mettre au travail. Elle veille à ce que les enfants engagés dans un travail constructif ne soient pas interrompus ou dérangés. Elle observe le degré de développement de l’enfant afin de proposer les activités en rapport avec son besoin actuel.

Elle apporte aux enfants les habiletés nécessaires à la vie en groupe et initie les enfants à des relations harmonieuses et pacifiques en s’appuyant sur les techniques de communication non violente. Elle-même s’applique à s’adresser aux enfants de manière respectueuse et dans une attitude de confiance en leurs capacités.

L’éducatrice Montessori n’utilise ni notes ni punition, ni récompense. L’observation lui permet de savoir où en est l’enfant. Ce dernier retire une satisfaction pleine et entière de son propre travail sans avoir besoin de notes.

En cas de comportement inadapté, l’éducatrice reconnecte l’enfant à son environnement préparé.

Chez les 6-12 ans, elle s’assure que le travail collectif est fructueux pour chacun des enfants qui y participe.

Une petite structure adaptée à l’enfant, propice au travail

Nous proposons une petite structure pour pouvoir développer le potentiel de chacun et ne gâcher aucun talent. L’école offre à l’enfant un environnement sécurisant, accueillant et adapté à sa taille où les rythmes d’apprentissage de chacun sont respectés. De cette façon, il prend confiance en lui, il peut s’épanouir et travailler dans un climat serein.

Maria Montessori a beaucoup observé les enfants et a remarqué des « périodes sensibles » chez eux, c’est-à-dire des moments-clés où l’enfant est absorbé par un élément précis de l’environnement préparé. Il existe la période sensible de l’ordre, du mouvement, du sens social, du langage… Elle a donc conçu son matériel pour répondre aux besoins de l’enfant dans ces périodes sensibles, matériel dont nous disposons dans chaque environnement préparé.

L’auto-discipline, la liberté d’action et de pensée sont les fondations d’une personnalité épanouie. L’école, pour accompagner l’enfant à acquérir ces bases, propose deux environnements préparés : une classe 3-6 ans et une classe 6-12 ans. Le groupe multi-âges permet la coopération : les petits observant les plus grands et les plus grands consolidant leurs apprentissages en étant tuteurs des plus jeunes.

L’environnement préparé 3-6 ans : “aide moi à faire seul”

Dans cet environnement préparé, l’enfant est encouragé à devenir indépendant. A travers ses activités, il enrichira ses perceptions sensorielles, affinera sa motricité, explorera le langage, s’éveillera à la culture et pourra se préparer à l’écriture, la lecture et les mathématiques.

Le matériel de cette classe a différentes caractéristiques :

  • Il est beau, de cette façon, l’enfant est attiré par l’activité.
  • Il est auto-correctif, l’enfant contrôle son erreur lui-même, ainsi, le matériel l’incite à recommencer, à se perfectionner pour corriger son erreur.
  • Il isole une difficulté que l’enfant devra découvrir et surmonter.
  • Chaque matériel ne se trouve qu’en un seul exemplaire dans la classe. Ainsi, l’enfant apprend à vivre ensemble, à être patient et à respecter le travail des autres.

Voici une liste des aires de la classe :

  • L’aire de vie pratique : l’enfant travaille sa concentration et ses capacités motrices
  • L’aire de vie sensorielle : l’enfant explore ainsi tous ses sens et se prépare indirectement aux apprentissages futurs comme la lecture ou l’écriture.
  • L’aire de langage : l’enfant découvre et analyse les sons, ce qui l’amène à l’écriture et à la lecture. La grammaire est ensuite proposée comme aide à la compréhension.
  • L’aire de mathématique : l’enfant pourra ainsi aborder le système décimal, l’addition, la soustraction, la division et la multiplication, les fractions, la géométrie.
  • L’aire de culture : l’enfant pourra découvrir le monde dans lequel il évolue.

L’environnement préparé 6-12 ans : « aide moi à penser par moi-même »

L’enfant entre dans l’esprit raisonnant, l’exploration prend une nouvelle dimension, l’enfant veut tout voir mais aussi tout comprendre. Il s’intéresse à tous les aspects de sa communauté, de sa culture. Il entre également dans l’âge des pairs. Les enfants veulent travailler ensemble, partager et confronter leurs découvertes et expériences. C’est ainsi que s’élabore les connaissances, grâce à la discussion, les échanges et l’argumentation. La classe est une communauté dans laquelle les enfants construisent, avec l’aide de l’éducateur, des rituels et des lois.

Maria Montessori souhaitait frapper l’imaginaire des enfants de 6-12 ans. C’est pourquoi elle a choisi de placer l’enfant au centre d’un réseau de connaissances où les différents domaines ne sont pas étudiés indépendamment des autres mais de façon interconnectées. Ce programme ou « éducation cosmique » s’articule autour de grands récits racontés aux enfants par l’éducateur, visant à susciter leur émerveillement  et à les inciter à vouloir en savoir davantage sur les différents domaines abordés. Le premier des grands récits frappe immédiatement l’imaginaire des enfants car il traite de la formation de l’univers.

Les détails seront ensuite présentés lors de leçons clés. Le matériel utilisé dans les différentes aires de la classe (géographie, histoire, astronomie, biologie humaine, zoologie, botanique, physiques/chimie, arts, artisanat, mathématiques, géométrie et langage) offre un moyen concret d’appréhender les concepts abstraits abordés durant les leçons. Il répond aux besoins des enfants, à savoir : cultiver leur curiosité, développer leur capacité de raisonnement et d’abstraction.

Dans cet environnement préparé, l’enfant est aidé à entrer dans la responsabilité. A travers ses activités, il découvrira l’univers, construira une culture solide, acquerra les instruments de la connaissance, ce qui lui permettra de développer un sens moral et l’expression de ses opinions personnelles.

L’école et son engagement pour l’environnement

Le respect de la vie, tel qu’il est enseigné dans la pédagogie Montessori passe naturellement par le soin de son environnement, de sa planète. L’école a signé un contrat avec un fournisseur d’électricité utilisant exclusivement les énergies vertes pour alimenter les locaux.

Les enfants sont sensibilisés au « zéro déchet » puisque nous mettons en place cette politique dans la mesure du possible au sein de l’école. En effet, un compost est mis à disposition des enfants, de leurs parents et de l’équipe encadrante. Dans la mesure du possible, les emballages sont évités et le tri sélectif est pratiqué. Les enfants ont à disposition des mouchoirs en tissu, des serviettes en tissu pour les repas et des essuie-mains en tissu. L’ensemble est lavé et désinfecté tous les jours, à savoir que la consommation d’eau pour le nettoyage est toujours moindre que celle utilisée pour fabriquer ces mêmes produits jetables.

Les enfants ont un potager, aménagé selon les principes de la permaculture, ils utilisent des semences et des engrais biologiques. Ils prennent également soin des poules et des cochons d’Inde, animaux qui nous aident à réduire nos déchets et qui font partis intégrante du projet pédagogique. Les précautions en mesure d’hygiène sont prises lorsque les enfants les manipulent : port de gants, pelle, balayette, lavage des mains.

Toujours dans une démarche écologique, les repas servis sont exclusivement biologiques et végétariens.

L’organisation pédagogique

Environnement préparé 3-6 ans :
8h45 : accueil personnalisé
9h00-11h30 : temps d’étude
11h30-13h00 : repas
13h00-14h00 : sieste / extérieur / temps calme
14h00-16h30 : temps d’étude

Environnement préparé 6-12 ans :
8h30 : histoire mains occupées
8h40 : rituels de la classe (calcul mental, charade, débat autour d’une maxime, énigmes….)
8h50 : méditation (si les enfants s’y prêtent)
9h00-11h30 : temps d’étude
11h30-13h00 : repas
13h00-14h00 : extérieur / temps calme
14h00-16h30 : temps d’étude

« Il n’y a pas de mauvais temps, il n’y a que des vêtements inappropriés » Proverbe suédois.

A l’issue du repas, les enfants sortent dans le jardin pendant 1 heure environ. C’est le moment où ils s’aèrent et peuvent discuter librement, s’adonner à des jeux plus physiques ou observer la nature. Dans l’hypothèse où la sortie dans le jardin est impossible, nous faisons un temps calme tous ensemble : relaxation, écoute musicale, lecture en binôme, massages.…

Le suivi des enfants

Le travail des enfants ne fait pas l’objet d’évaluations notées. L’habitude du travail en autonomie et auto-correctif permet à l’enfant d’avoir une perception juste de ses capacités et de ses difficultés. L’enfant comprend qu’il travaille pour lui-même et non pour la note, l’éducatrice ou encore ses parents.  La progression dans le matériel et l’observation attentive des enfants par l’éducatrice lui permet de savoir exactement où en est l’enfant. L’application « Je valide » est utilisée afin d’avoir un suivi individualisé pour chaque enfant, chaque compétence acquise y est consignée. Deux fois par an pour les enfants de 3 ans, puis trois fois par an pour les autres enfants, un bilan est organisé. Il permet notamment à l’éducatrice de faire le point avec les parents sur :

  • la relation de l’enfant avec le travail, son degré d’indépendance
  • son attitude avec les autres enfants et les adultes présents au sein de l’environnement préparé.
  • sa progression dans les activités présentées.

En dehors de ces moments institués, les parents peuvent solliciter un rendez-vous avec l’éducatrice pour évoquer toute difficulté constatée.

Les contacts quotidiens avec l’éducatrice et/ou l’assistante permettent aux parents d’être informés du bon déroulement de la journée.